mardi 29 avril 2008

Par exemple moi j'aime le sud (ad esempio a me piace il sud)

Ce week end, j'ai voyage, et c'etait magnifique. Pas 2 jours, mais je dirais plutot 56 heures, pour faire pas moins de 2230km. Et sans TGV. Voila toutes mes photos et les videos.

La premiere etape du voyage etait seulement celle pour arriver a la gare. Tu sais deja que si rien que pour ca c'est une aventure, le reste suivra. Donc, apres l'avion pour Paris eu grace a la conduite sportive de Vittorio sur l'appia antica, il y a eu le train pour Reggio Calabria grace aux bus romains. Au systeme GPS qui fonctionne toujours sauf quand tu en as besoin, au metro A qui ferme a l'improviste, a la recuperation inesperee du bus MA1 et aux bouchons de Termini, je suis arrive devant un controlleur de train calabrais qui m'a dit que je mangerai pleins de piments rouges si j'avais pris son train sans billet.
Desespoir et nouvel espoir. "Train 7513 pour Lecce a 23:48 au depart voie 13". Et en 10 minutes j'echange les piments contre les orecchiettes, mon voyage en Calabria se transforme en voyage en Puglia. De toute facon, je l'ai organise il y a seulement 2 heures. Apres 10 heures assis, j'arrive a Lecce.




Belle, bien jolie, mais trop touristique ! Je suis parti apres avoir entendu toutes les langues du monde et en ayant cherche desesperement des graffitis en leccese.
Direction Brindisi. La, j'ai fait la 2eme etape de mon pelerinage : trinquer (brindare en italien) une biere a Brindisi (qui voudrait dire trinquons).



Magnifique cette ville, j'ai beaucoup aime. A partir de la, se faisant tard, il y avait 3 possibilites : rentrer a Rome de nuit, prendre une chambre d'hotel, ou aller autre part. J'ai decider les 2 derniers ensemble : prendre un train-hotel, passer de la Puglia a la Calabria de nuit. Pour celui qui voudrait le faire, il y a le choix entre passer 5 heures de nuit dans le hub international de Metaponto (la ou ils s'amusent a faire tetris avec les trains pugliese et calabrais), ou s'arreter 1 heure dans la pire gare de Caracas.
Celle ci a un nom, elle s'apelle Sicignano degli Alburni.



A la fin de ce parcours, je suis arrive a 9h du mat a Crotone (ou plutot Kroton). L'etape plus importante : pour le pelerinage du chanteur italien Rino Gaetano (qui est ne dans cette ville).




Vraiment tres jolie aussi cette ville, cette premiere impression de la Calabria m'a laisse vraiment la gorge brulee, meme si je n'avais pas mange une seule specialite locale. Je crois que si tu manges en plus en Calabria, tu dois etre forcement indien pour survivre.



De la bas, je suis alle faire le tour de nouveau a la recherche des pires gares de Calabria. En premier, j'ai compris pourquoi ces trains la etaient toujours en retard.



Je me suis donc arrete a Serdone. L'avantage et inconvenient de ne pas suivre les guides touristiques et justement de ne pas savoir ce qu'il y a. Et la il y avait moins d'attractions qu'a Montigny les bretonneux. Mais pourquoi je me suis arrete la bas ?
Mais, la mer calabraise des caraibes, il y avait.



J'ai poursuit cette etape en allant avec le train plus joli que j'ai jamais pris. Un bus mis sur des rails n'aurait pas fait mieux. Similaire au train corse, c'est le conducteur qui controle ton billet, et si tu veux tu meme passer les vitesses a sa place, ou sinon, tu profites du panorama "mer a gauche - montagne a droite" en respirant a plein poumons l'odore du diesel de l'unique wagon.
C'est ainsi que je suis arrive a Melito di porto Salvo. Je vous laisse decouvrir les images pour imaginer comment c'etait joli. Surtout a se balader dans les petites rues larges comme une personne seule.



J'ai fini mon voyage en passant par Reggio Calabria. Le dernier morceau et le plus beau : un coucher de soleil sur la Sicile. Mon dieu, ca fait venir les frissons !



Rentre a Rome completement defonce, une chose te reste en bouche, ce gout amer epice qui te brule et te rend completement drogue. Dans cette tunisie italienne, je dois y retourner. Absolument.