mardi 14 août 2007

Puglije'nuestr !

Comme prevu, je rentre d'un super voyage en Puglia. Toutes les photos
Vendredi soir a 23h30, en l'absence de bus, je cours en velo vers la gare avec mon sac a dos kit voyage-minimal-a-l-arrache. J'arrive vers 23h45, 12 minutes avant le depart du train pour Lecce que je devais prendre. J'ai achete mon ticket et je decouvre que le seul moyen de le prendre et de faire le voyage jusqu'a Bari, jusqu'a 6h30, dans le couloir.
"Place assise sans reservation", le meilleur moyen de vivre des aventures.
Au debut, je m'assois sur un siege libre et j'en profite pour dormir le plus rapidement possible. Des autres dans mon cas vont dans le couloir en se disant que, de toute facon, la place sera reservee. Et effectivement, vers 2h du mat, un type arrive avec sa copine, dit qu'il a reserve. Bien, il restait encore des places, 2 prises reservees, 3 libres et la derniere, moi. Apres j'entends qu'il a reserve 3 places. Apres, ils me regardent et disent qu'ils ont reserve mon numero de siege. Je dis et repete apres timidement "tranquille vous pouvez vous mettre comme vous voulez", en pensant que oui, je peux aller sur le siege d'a cote. Et c'est la que le reveil est difficile. "Je crois qu'il ne comprend pas l'italien" que j'entends. Et le type d'avant me regarde dans les yeux, se penche devant moi et me dire clairement avec des gestes dans une communication italienne classique "Cette - place - est - occupee" comme s'il parlait a un gamin.
Il n'etaient pas 3, mais 4.
J'ai abandonne avec mes sentiments d'amitie et sympatie que j'ai eu en ce moment la, et la volonte de faire un gros bordel a la napolitaine. De toute maniere, c'etait une partie perdue d'avance, et je devais retrouver mes 30 000 collegues dans le couloir.
C'est la que j'ai passe les 3 heures suivantes, assis (apres une longue negociation pour avoir un siege) devant a un compartiment d'au moins 10 adolescents et derriere un autre groupe cousin des premiers qui se fumaient des joints et n'avaient aucune envie de dormir. "C'est ca la jeunesse" qu'il disait le monsieur derriere moi en riant en essayant, lui aussi, de dormir.
Heuresement vers 4 ou 5h du mat, la ville de Foggia libera plusieurs places et je me suis trouve assis devant le meme monsieur qui a commence a ronfler au bout de 3.2 secondes. Vers 5h30 j'etais allonge a dormir super bien grace a la technique des sieges dans les vieux trains italiens.
Et c'est ainsi que j'arrive a 6h30 a la gare de Bari centrale. Premiere decouverte, les baresi ne se fatiguent jamais, meme pas pour promener le chien.


Ma le plus beau c'est vraiment d'arriver comme ca : apres un voyage difficile, se reveiller sur le bord de mer d'une ville superbe, voir les pecheurs qui chantent une langue bizarre (le dialecte barese). J'avais deja vu ca l'annee derniere a Taranto et la a Bari j'etais heureux de ce moment.


En ce moment de bonheur, a 7h du mat, j'ai decide de faire une balade dans le vieux Bari, le quartier espagnol de Bari (cf celui de Naples), on m'a dit apres que c'etait plus dangereux que le vieux Taranto et que Chicago la nuit.


Je m'en suis rendu compte quand les vieux monsieurs qui restaient assis devant leur porte sur leur chaise, avaient les yeux grands ouverts. Un francais !


Mais le fait est que c'etait genial, meme si ca se voit peu sur les photos, j'ai tourne, tourne, je me suis eloigne, j'y retourne encore et encore.


Apres, j'ai pris mon train pour Castellaneta Marina en passant par Taranto, arriver a la gare de Castellaneta Marina Centrale 1, la mer a 20 km et le village a 30.


La mer de Puglia, superbe. Eric (nephilim) etait la, avec Ada, a bronzer. Mais ne vous inquietez pas, il a mis la creme solaire.


On a pris le soleil, pour ensuite retrouver Francesco, Virenze et Francesca, invite dans la maison d'Ada, meme si son chien a vu des etrangers rentrer. Apres, on est alle au centre du village pour decouvrir que j'etais deja venu, il y a un an et 2 jours precisement.
La soiree, on l'a faite dans le vieux Taranto, mangier le meilleur poisson au monde (et j'exagere pas), et on a transpire, transpire et transpire pour le manger. C'etait a 50 metres du port, dans une poissonnerie qui fait restaurant la nuit, et la un evenement incroyable s'est produit : Francesco a mange du poisson !



Voila la 2eme partie de la video.

Le jour d'apres, on l'a passe a la mer, parfaite.


Sur cette plage ils ont mis un resto. Cette entreprise familiale etait geree par 10 supergrand-mere tarantines ayant un numero di SIRET, 20 mamans et 30 tarantini pour faire un dejeuner de 100 personnes.


A la fin de l'apres midi, ils ont mis 2 heures pour tout ranger.


Et c'etait la derniere image que j'ai eu de la Puglia. Je vous ai fait un resume tres court (aussi traduit a la va-vite, desole), mais c'etait vraiment super comme week end. C'est clair, je finirai pugliese.