mercredi 13 juin 2007

La malchance continue... Paris pour de faux

Comme vous avez peut etre remarque, ce week end c'etait week end a Panam.
Samedi matin, apres une breve soiree a faire ma valise et me coucher, j'avais l'avion a 6h45 du mat.
Je met mon reveil a 4h40, tranquille pour partir en scooter a Ciampino (l'aeroport) et arriver 1 heure avant le vol.

Samedi matin, j'ouvre les yeux. Je vois mon reveil qui sonne. Et je vois l'heure. 5h52.
Je ferme, ouvre mes yeux, je me pince le bras, 2 baffes, rien a faire. L'heure ne change pas.
C'est ainsi que je me reveille en courant, et 12 secondes plus tard, je suis deja en bas de mon immeuble, habille a l'arrache, la valise au bras, pret a demarrer mon scooter.
Je cours sur l'appia nuova (nom de la rue qui y va), jusqu'aux limites theoriques, que je depasse, de mon scooter, manque juste un huissier pour entrer dans le Guiness des records, 70km/h de moyenne.

A 6h12, j'arrive a Ciampino, je me gare a l'arrache, cours jusqu'au terminale, 33mn exactement avant le vol.

J'arrive, je vois "Paris Beauvais -- Ryanair -- 06:45 -- 06:45 -- XXX"
Le "XXX" est le numero de porte d'enregistrement. Ou plutot, etait.

Je fais tout le tour de l'aeroport comme un rapace, en allant jusqu'au bar, aux toilettes, au stock du magasin.
J'arrive au bureau "Informations", je demande s'il y a "quelqu'un de Ryanair". La fille avec un badge ryanair et la chemise ryanair, me dit que non.
10 secondes apres, je la vois assise au bureau de vente de billets. Ici, je dis que je suis pour Paris, je suis un pauvre petit francais, que je veux rentrer a la maison, que je n'ai pas de cocaine dans mon sac, meme etant passe par la fac de Rome, que j'ai seulement un petit sac, rien a mettre a l'enregistrement, ni rien a declarer. Juste monter dans ce putain d'avion qui partira dans 33 minutes. Pour cela, j'ai juste besoin d'un bout de papier ou c'est ecrit que j'avais bien paye une place dans l'avion.


Avec toute sa poesie et sa beaute, je decouvre, ainsi que d'autres ayant eu un accident sur la route... qu'il y a un vol le soir meme a 19h15.
Merci beaucoup.
Que c'est ecrit que le check-in ferme 40 minutes avant le vol, et la ca fait 33 minutes.
Que pour prendre le vol de ce soir, on peut au prix incroyable d'un aller/retour Rome/Sidney.
Pour arriver chez moi a 23h, et repartir a midi le jour d'apres.

C'est un peu comme quand tu vois un kinder bueno dans le distributeur de friandises. Que tu n'as rien a manger aujourdhui, que les magasins sont tous fermes pour fete nationale et greve internationale des kinder bueno. Mais, la il en reste un de kinder bueno. Et tu as meme l'argent, pile.


Mmm, il a l'air bon le kinder bueno, tu en as la bave jusqu'aux pieds. Tu mets l'argent, tu tapes le bon numero pour faire tourner l'elice qu'il y a dans chaque distributeur au monde. Le numero est le bon, tu te vois deja en train de manger le premier morceau de chocolat. Et tu vois l'elice qui tourne.
Qui tourne, qui tourne, qui tourne. E qui s'arrete. Et le kinder bueno qui ne tombe pas. Tu as paye un super tour d'elice dans le distributeur.

J'avais cette impression la.
C'est ainsi que je suis sorti voir les avions.
Et je regarde le spectacle. L'avion ryanair, pleins de passagers avec un seul siege de libre, avec la personne a cote qui se dit "ah, ya personne, la" et qui met son journal sur le siege libre.
Je vois l'avion bruler des tonnes de CO2 avec mon argent et partir, voler, offrir un beau voyage a ce meme journal, qui finira certainement quelques heures apres dans une poubelle parisienne.
Au moins s'il pouvait etre recycle en un journal qui fera Paris-Rome...



Et a ce journal, j'ai aussi paye un retour Paris-Turin. J'ai demande a des amis de prendre la photo du train que j'ai paye, au moins.
Grace a la magie des billets "non remboursables", c'est a dire, meme si tu es mourant, que tu n'as pas d'argent pour un nouveau billet et que tu dois faire ton dernier voyage pour voir ta famille. Fallait payer plus cher.
Mais ce journal terminera dans les ordures turinoises, car il ne pourra pas prendre la correspondance pour prendre Turin-Rome, car l'argent, par chance, est retourne dans mon portefeuille. Tout de suite quand tu arrives en Italie, ca marche.

Je me suis donc fait une raison et je suis rentre chez moi, voir mon ami Bush et acheter un nouveau moyen de locomotion pour aller a Paris sans avion. (voir malchance precedente)


Courage, Alexis, Laurine, je viens dans 2 semaines !

3 Commentaires:

At 13 juin 2007 à 19:44, Blogger Katyucha a dit...

Ca me rappelle .... cette saloperie de retour de Dublin... Pareil Benny! La même poisse, rien à déclarer, juste a se faire tripoter, l'avion était même pas chargé mais on est arrivé 5 minutes trop tard....
Pour une fois, je dis vive le train.

Katyucha

 
At 14 juin 2007 à 03:10, Blogger jyby a dit...

Zut, pas de chance... :(

 
At 14 avril 2011 à 09:32, OpenID legesilo a dit...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home