jeudi 28 juin 2007

Taranto !

Peu de temps pour ecrire et trop de choses a ecrire, presque arrive a l'overflow.
Juste rentre d'un week end de ouf a Panam (voir les posts de cebuenino pour details), je m'en vai en cebuennia.
A Taranto !
Passer de 15 degres a 45, de la pluie au feu, du normand au pugliese, de 300 milliards de kilometres de distance, voir des choses en Puglia que les normands ne peuvent meme pas immaginer.
Dans 15 minutes je pars, voir la petite mer ou en aout, un certain matin, je suis entre dans un bar typique prendre un croissant : pleins de pecheurs parlant leur patois.


Benoit en puglia : le grand retour !
A lundi !

mercredi 20 juin 2007

apres Paris pour de faux, Paris pour de vrai (enfin j'espere)

Communique express :
Ce soir a 18:40 part un train pour Paris, avec a l'interieur 3 italiens et un francais, mais qui sont tous de nationalites differentes. Pour un voyage a l'arrache. On a a peine eu la confirmation que le train arrivera peut-etre jusqu'a Paris. On verra bien.
A nous la fete de la musique !
A lundi !

mercredi 13 juin 2007

La malchance continue... Paris pour de faux

Comme vous avez peut etre remarque, ce week end c'etait week end a Panam.
Samedi matin, apres une breve soiree a faire ma valise et me coucher, j'avais l'avion a 6h45 du mat.
Je met mon reveil a 4h40, tranquille pour partir en scooter a Ciampino (l'aeroport) et arriver 1 heure avant le vol.

Samedi matin, j'ouvre les yeux. Je vois mon reveil qui sonne. Et je vois l'heure. 5h52.
Je ferme, ouvre mes yeux, je me pince le bras, 2 baffes, rien a faire. L'heure ne change pas.
C'est ainsi que je me reveille en courant, et 12 secondes plus tard, je suis deja en bas de mon immeuble, habille a l'arrache, la valise au bras, pret a demarrer mon scooter.
Je cours sur l'appia nuova (nom de la rue qui y va), jusqu'aux limites theoriques, que je depasse, de mon scooter, manque juste un huissier pour entrer dans le Guiness des records, 70km/h de moyenne.

A 6h12, j'arrive a Ciampino, je me gare a l'arrache, cours jusqu'au terminale, 33mn exactement avant le vol.

J'arrive, je vois "Paris Beauvais -- Ryanair -- 06:45 -- 06:45 -- XXX"
Le "XXX" est le numero de porte d'enregistrement. Ou plutot, etait.

Je fais tout le tour de l'aeroport comme un rapace, en allant jusqu'au bar, aux toilettes, au stock du magasin.
J'arrive au bureau "Informations", je demande s'il y a "quelqu'un de Ryanair". La fille avec un badge ryanair et la chemise ryanair, me dit que non.
10 secondes apres, je la vois assise au bureau de vente de billets. Ici, je dis que je suis pour Paris, je suis un pauvre petit francais, que je veux rentrer a la maison, que je n'ai pas de cocaine dans mon sac, meme etant passe par la fac de Rome, que j'ai seulement un petit sac, rien a mettre a l'enregistrement, ni rien a declarer. Juste monter dans ce putain d'avion qui partira dans 33 minutes. Pour cela, j'ai juste besoin d'un bout de papier ou c'est ecrit que j'avais bien paye une place dans l'avion.


Avec toute sa poesie et sa beaute, je decouvre, ainsi que d'autres ayant eu un accident sur la route... qu'il y a un vol le soir meme a 19h15.
Merci beaucoup.
Que c'est ecrit que le check-in ferme 40 minutes avant le vol, et la ca fait 33 minutes.
Que pour prendre le vol de ce soir, on peut au prix incroyable d'un aller/retour Rome/Sidney.
Pour arriver chez moi a 23h, et repartir a midi le jour d'apres.

C'est un peu comme quand tu vois un kinder bueno dans le distributeur de friandises. Que tu n'as rien a manger aujourdhui, que les magasins sont tous fermes pour fete nationale et greve internationale des kinder bueno. Mais, la il en reste un de kinder bueno. Et tu as meme l'argent, pile.


Mmm, il a l'air bon le kinder bueno, tu en as la bave jusqu'aux pieds. Tu mets l'argent, tu tapes le bon numero pour faire tourner l'elice qu'il y a dans chaque distributeur au monde. Le numero est le bon, tu te vois deja en train de manger le premier morceau de chocolat. Et tu vois l'elice qui tourne.
Qui tourne, qui tourne, qui tourne. E qui s'arrete. Et le kinder bueno qui ne tombe pas. Tu as paye un super tour d'elice dans le distributeur.

J'avais cette impression la.
C'est ainsi que je suis sorti voir les avions.
Et je regarde le spectacle. L'avion ryanair, pleins de passagers avec un seul siege de libre, avec la personne a cote qui se dit "ah, ya personne, la" et qui met son journal sur le siege libre.
Je vois l'avion bruler des tonnes de CO2 avec mon argent et partir, voler, offrir un beau voyage a ce meme journal, qui finira certainement quelques heures apres dans une poubelle parisienne.
Au moins s'il pouvait etre recycle en un journal qui fera Paris-Rome...



Et a ce journal, j'ai aussi paye un retour Paris-Turin. J'ai demande a des amis de prendre la photo du train que j'ai paye, au moins.
Grace a la magie des billets "non remboursables", c'est a dire, meme si tu es mourant, que tu n'as pas d'argent pour un nouveau billet et que tu dois faire ton dernier voyage pour voir ta famille. Fallait payer plus cher.
Mais ce journal terminera dans les ordures turinoises, car il ne pourra pas prendre la correspondance pour prendre Turin-Rome, car l'argent, par chance, est retourne dans mon portefeuille. Tout de suite quand tu arrives en Italie, ca marche.

Je me suis donc fait une raison et je suis rentre chez moi, voir mon ami Bush et acheter un nouveau moyen de locomotion pour aller a Paris sans avion. (voir malchance precedente)


Courage, Alexis, Laurine, je viens dans 2 semaines !

jeudi 7 juin 2007

Putain de bordel de velo

Mes freres,
Hier une amie nous a quitte, qui, il y a encore 24 heures, batifolait dans nos rues, coupait encore la route avec bonheur a quelques centaines de voitures romaines.
Le drame est arrive dans un lieu de fete, apres quelques grammes d'alcool dans le sang, en fin de soiree.
Notre belle amie, pleine de couleurs et de vie, restera dans nos memoires, belle comme sur cette photo, qui sera la premiere et derniere que j'aurai reussi a prendre.


Avant

Notre amie finira dans les mains du diable, en enfer, en compagnie du telephone portable de notre frere cebuenino.

Apres

Tu tourneras au paradis, ma belle, nous ne t'oublions pas, e prions pour toi. E que ce connard batard de fils de sale putain de voleur de velo de merde, va te... ne le fasse pas de mal, aussi quand il decouvrira que sur ton dos c'est ecrit made in Cina et que je t'ai achete en soldes.

Amen.

samedi 2 juin 2007

Yeux de Mai

Nous sommes en juin, debut officiel de l'ete, les jours de printemps se sont fait sentir.
Comme l'ete dernier, je prepare une invasion d'etrangers en italie. Et ce mois ci j'ai bien bosse. Je vous fait la visite, a travers les yeux de quelques etrangers.

Ca a tres bien commence avec les amis de Cedric, un groupe franco-roumain : 3 francais de Belfort avec 2 filles roumaines de Odorheiu Secuiesc.
Ils sont arrives a 3 chez moi, les 2 autres dormaient en Roumanie, elles rentraient tout les soirs. C'est meme arrive que, a Trastevere (quartier a la mode ici), on a donne un lapin au server a la derniere minute, parce qu'elles devaient partir tout de suite parce que la maman voulait se coucher tot ce soir la.
Mais le plus drole (et putain, ils m'ont pas donne les photos), c'etait de voir ce groupe de 3 scooters fous (2 loues a un marocain) dans les rues de Rome, pour laquelle la seule chose legale sont les papiers des scooter, enfin plutot des bouts de torchon.


Ces yeux, sont ceux d'un de ces fous, rentre chez lui apres son premier sejour en Italie, avec ses premieres heures de conduite de scooter en memoire, et peut etre ses dernieres : tombe 2 fois le dernier jour sous la pluie equatoriale de Rome (dans laquelle j'ai gagne 20kg en vetements a secher 15 jours avant d'esperer les remettre), tout ceci le matin ou ils devaient rendre les scooters de location.
Les scooters ont donc ete bien rendus le matin sans essence ni huile, un peu casses (dur de tomber sans rien avoir), sans casques (de toutes facon ils etaient tous morts), avec une 1h et demi de retardi (dur de tracer sous la pluie), grace a la contribution du reveil qui n'a pas contribue ce jour la.
Mais les francais, ce sont aussi ceux qui aiment se baigner dans n'importe quel point d'eau. Dur dans les petites fontaines, mieux une bonne grosse fontaine de villa Borghese. Et feter cette trouvaille au champagne.


Et dommage, ils sont partis, pour laisser la place a Anna, l'allemande qui m'a porte un verre de biere traditionel. Avec elle, on a fait pleins de tours en scooter, mais cette fois ci toujours dans les petites routes (elles n'aimait pas aller vite), des quartiers espagnols de Rome, toujours a sens interdit et au milieu des gens a Campo dei fiori (une grande place toujours pleine de gens) un samedi soir.
Mais Anna est aussi venu a Naples avec moi, Natacha dans la valise, pour jouer a"Un francais, une allemande et une belge debarquent a Naples". Le resume se lit dans les yeux de Natacha.


Mais Anna, c'etait aussi la future apprenti italienne, elle a tres bien commence a parler, a polluer en scooter, boire le cafe, aussi le limoncello, e parler la langue internationale italienne.


Mai, c'etait aussi le mois des journees au parc du Celio (a cote de chez moi), ou le maitre Alfonso a pris le role de "Alfonso le tueur", et moi celui du "Cebenoit enflamme", ou on joue avec les marguerites e ou les filles font des gueules bizarres en tirant la langue devant les lunettes de soleil d'une fille.


Mais j'avais avait pas encore assez d'invites chez moi, yavait besoin aussi de quelques autres filles francaises, amies de Eric, mais elles aussi, ont tout vu. Le plus beau est la scene de fin.
Arrives le samedi aprem pour depart a Trastevere, on devait retourner chez moi prendre les valises et prendre le train pour Fiumicino, en 23.4846421 minutes precisement. Reussi en mettant toutes les valises (de 2 filles - pour une semaine) sur un seul scooter a 2 en un seul voyage. Incroyable mais vrai.
A l'autre fille, je lui ai donne des indications a l'arrache ("prend ce tram la jusqu au terminus" - elle ne savait pas la direction, et c'etait pas le terminus), pour etre absolument sur d'arriver completement a l'arrache a l'aeroport.
39mn avant le decollage, alors que la limite etait 40mn.
Elles ont reussi a prendre l'avion. Malheuresement, ceci est la seule photo que j'ai d'elles (et encore il en manque une), c'etait a Ostia, ou plutot a Naples, on saura jamais trop.


Mai, c'etait aussi le mois de la grande bouffe sans repit chez Guglielmo, ou on mange des pates, des pates, fruits de mer, la mer et les fruits. Jusqu'a ne plus regretter d'avoir investi dans une salle de sport. Salle de sport napolitaine, parce qu'a Naples, tu meurs quand tu manges, alors tu meurs en salle de sport pour eliminer.


Pour finir, le boulot. Parce qu'on travaille dans ce pays, croyez pas que la journee on glande tous devant nos PC a ecrire sur un blog.
Voici le topten des noms qu'ils m'ont donne au boulot. Creativite au boulot.


Juin, sera le mois de l'invasion de la France, vu des yeux d'italiens, dont je serai complice.