mercredi 9 mai 2007

Aventures francaises

Dimanche, jour triste pour la France. Comme l'a precise un ami "ya des cotes positifs a etre expatrie". Et "on verra combien de voitures seront brulees".
Bref, notre nouveau president francais fait deja de lui meme un resume de sa politique : "je veux retablir le travail, lautorité, la morale, le respect et le mérite". Dans son discours social exprime dimanche. Notre nouveau president tres populaire a passe une bonne partie de sa soiree dans le resto le plus cher des Champs Elysees, et maintenant il est dans son yacht a 173000 euro la semaine pas loin de l'ile de Malte.



Enfin, c'est pas la plus belle chose de mon week end en France (les photos). L'une d'elle est clairement ma nouvelle nièce, Laurine, tenue en otage par le multi-recidiviste Alexis, parrain d'une mafia de contrebande de chaussures pour enfant.


L'aventure la plus belle etait samedi. Je devais rejoindre Francesca a Paris samedi soir (c'etait pas tres clair a quelle heure, peut etre chez elle) pour passer la soiree et apres dormir chez elle.
J'envoie un message le midi pour preciser l'heure d'arrivee. Pas de reponse. J'apelle quand je pars pour Paris. Repondeur. Tranquille, elle est surement dans un tunnel, un cinema, ou alors avec la batterie du portable qui a mange autant qu'un obese qui tourne dans le desert depuis 15 jours.
Je vais aux Halles, faire du shopping, me balader, profiter de mon temps libre. J'apelle, j'apelle. Repondeur. Quelques temps apres, je me decide d'aller vers la station de metro a cote de chez elle (dont elle m'avait rapelle le nom 2 jours avant).
J'apelle. Repondeur. Apres un peu de temps, je decider de partir a l'arrache dans le quartier pour retrouver le nom de sa rue (j'y suis alle une fois ya 3 ans a 4h du mat, creve et bien bourre). 15mn apres, je trouve le nom d'une rue apellee "rue Debelleyme" : je me rapelle, c'est celle la !!


Dans la rue, 3 portes. Numero 31, 35 et 37. Toutes avec un code. Mmm, 35 ? Ca doit etre ca. Non a l'interieur c'etait pas pareil. Une dame entre au numero 37, je passe derriere elle. Je dis merci avec un grand sourire honnete du jeune garcon un peu a l'arrache.
Je commence a regarder les noms sur les boites aux lettres. Un nom italien, merde je me rapelle pas. Martini ? Francesca Martini ? Ca sonne bien, allez. Je sonne sur l'interphone. 2 fois, ca repond pas.
Apres 10mn de reflexion dans ce couloir ou meme un chien doit faire un regime pour passer, je sors.
Numero 31 ? Boah, la porte est trop grande. J'essaie d'aller au bout de la rue au croisement. Bizarre, je me rapelle pas le bar qui y'avait la (et oui les yeux de lynx d'un mec bourre qui reperent seulement les bars a plus de 500 metres). Je continue tout droit, c'est la meme rue.
Putain c'est la, je me rapelle, j'en suis sur ! Elle m'avait laisse la au croisement. Une seule porte possible : le 15.
J'apelle, je rapelle, desespere. Je commence a chercher dans mon telephone le numero di quelqun qui connaitrait le cousin d'un ami d'un voisin du chat au chien au poisson rouge d'un ami eloigne de Francesca. J'envoie quelques messages "Tu te rapelles de Francesca ? Je suis devant chez elle, tu connais son nom de famille ?".
20mn d'attente apres, assis par terre, 2 jeunes rentrent dans l'immeuble, l'un des deux avec un velo. Je passe derriere eux. Ici aussi, le sourire, la belle chemise, et le portable a la main, mais la, je suis considere le pire voleur de la ville.
Je demande gentilment, tout de suite que je cherche une fille italienne qui s'apelle Francesca qui habite dans l'immeuble. Un des deux parlait en gros seulement anglais. Il me demande le nom de famille, je dis que si je l'avais, je l'aurais deja precise. Je regarde les boites aux lettres, et comme un eclair je trouve le nom et j'urle avec joie : Menicatti ! C'est celui la !!!


On etait toujours entre 2 portes, celle protegee par le code, l'autre par une cle/interphone. Je demande gentilment s'il y a un interphone. Ils me repondent non. Je le trouve, je dis que peut etre je peux apeller par la. Ils me disent non parce que le numero d'interphone n'a rien a voir avec le numero sur la boite aux lettres. Et il n'y a pas les noms dans l'interphone. Apres, ils me bloquent la 2eme porte, me crient a travers la vitre, me disent qu'il n'y a pas de sonnettes devant les apparts, et qu'il n'y a pas les noms sur les portes, que je ne dois pas frapper a chaque porte du batiment. Et que je dois apeller la fille sur son portable. "Oui merci, ca, j'essaie depuis ce matin".
Juste apres qu'ils soient partis en prenant bien le temps de bien fermer la porte derriere eux, je joue avec l'interphone et trouve sans probleme son nom de famille. Je l'apelle, 2 fois, apres, miracle, elle repond et m'ouvre la 2eme porte. Je monte jusqu'au dernier etage a pieds pour descendre et trouver, il y avait son nom sur sa porte. "Ah! Je t'attendais. Mais pourquoi tu ne m'a pas apellé ?" qu'elle me demande.
J'avais son ancien numero de telephone, qu'elle n'utilise plus.
Elle m'a apelle au moins 300 fois. Sur le numero d'un autre Benoit inconnu perdu quelque part en France.
Pas grave, Fra je t'ai trouve, la fete peut commencer :)


L'autre petite histoire drole est arrivee juste apres le dejeuner enorme du dimanche (des salades sans fin), en rentrant chez moi en train (le fameux RER), je me met devant 2 filles (et oui, genre je vais choisir 2 petites vieilles qui parlent de jardinage et me laissent meme pas dormir!).
Apres 1mn chrono, j'ecoute. Putain, elles sont italiennes. A Paris.
Elles se croient au Zimbabwe a parler la langue de l'Azerbajiustan du nord, tranquille, sans gene. "Regarde ce type la bas, il est chelou quand meme !"
"Ah oui moi j'ai souvent mal par la, ca m'arrive toujours juste apres mes regles."
J'ai tout appris sur elle, de sa premiere decouverte des evenements mensuels feminins, jusqu'aux positions detaillees de son ex-prochain-ex qui avait un beau petit cul et des muscles enormes.
Ainsi, tranquillement, apres un bref appel a mes parents, je sors mon journal italien. Et je commence a lire.


Effet immediat. Apres 2 minutes, elles se penchent pour le lire et se mettent a rire. "Je ne suis pas italien" que j'ai dit. Et que "j'ai pas fait expres". Bref, c'est bien fini, elles se sont echappes au prochain arret, pleines de honte, apres avoir fait les demandes habituelles de politesse ("tu viens d'ou", "tu vas ou", "d'ou tu viens", "qu'est ce que tu fais", "qu'est ce que tu fais, putain" e "putain, qu'est ce que tu fais") (un peu difficile a traduire la fin, mieux en italien).
Et j'ai pu ensuite sortir mon journal francais pour le lire dans mon train francais, tranquille.
Je sais pas pourquoi, j'ai jamais parle avec des touriste dans le metro a Paris, a part depuis que je suis en Italie.

Je suis rentre de Paris lundi matin, grace a mon reveil mis a 4:30 pour arriver au boulot a midi. Bientot de nouvelles aventures, surtout ce week end : Naples !

5 Commentaires:

At 10 mai 2007 à 14:06, Blogger Picture of beauty girl 9x a dit...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At 12 mai 2007 à 01:52, Blogger jyby a dit...

Alors, c'est quoi sa position preferee, a l'italienne? :D
(J'espere que je ne vais pas me faire censurer, sinon j'en appelle a Sarko!)

 
At 14 mai 2007 à 16:01, Blogger bennyben a dit...

Ooops on voit les commentaires supprimes :) C'etait du spam vous inquietez pas.

La position euh, surement pompei69 :))
Mais je fais chier mon colloc, il connait des gens qui bossent a pompei, on va surement aller voir les romains qui etaient en train de la tester :)

 
At 15 mai 2007 à 14:55, Blogger jyby a dit...

On dirait presque Chiara sur la photo, ou ma memoire me joue des tours?

 
At 15 mai 2007 à 15:24, Blogger bennyben a dit...

Euh oui :)
Pour illustrer des italiennes dans le rer, je voyais rien de mieux que... des italiennes dans le rer :)
Cette photo a 1 an et demi, Chiara avec une amie a elle.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home