mardi 17 avril 2007

Salerno

(desole ce post a un peu de retard...)
Le week end dernier (pas celui la), plein de belles choses : les photos
Je suis parti a l'aube le samedi, en train direction le soleil de la Calabria.
"Reggio, c'est ou ?" ai-je demande. Et oui la geographie, je l'apprends en voyageant !

Arrive a midi a Salerno, pour faire un super tour en scooter de la gare vers la ville de Nocera. L'aprem a Pompei. ON a cherche dans cette ville immense les origines de la fameuse position Pompei69. On m'a meme dit qu'il y avait une vraie demonstration realisee par 2 habitants, que le volcan a derange durant le moment le plus chaud de leur amour. Putain, super decu, on a pas reussi a les trouver ! Seulement quelques dessins explicatifs de la plus grande invention en 79 apres Jesus Christ.


Enfin, la grandeur de cette ville, le fait que tout est super bien conserve, c'est vraiment impressionnant, a voir !
Le dimanche, apres un repas de pacques interminable (premier primo, deuxieme primo, troisieme primo, premier secondo, deuxieme secondo...) et la digestion en 2 secondes top chrono, grace a la grappa (liqueur) maison a 70 degres, on a reussi a faire le bord de mer en scooter. Toute la cote, magnifique, vraiment. Je voulais m'arreter toutes les 10 secondes faire une photo. Le probleme c'est qu'au bout de 10mn, je suis arrive au bout de la memoire.


Le soir, chaque fois on est alle chez des amis d'alfonso, entre l'apero permanent sul les bancs du quartier, les jeunes du village qui se retrouvent tous a l'interieur de leurs voiture a discuter devant le bar du village, ecouter la musique de leur autoradio mp3/dvd/tv/frigo/machine a cafe a 5000 euro, et faire semblant d'avoir des amis qui apellent sur leur telephone portable (qui a les memes fonctions de l'autoradio, et qui coute aussi plus cher).
Mais le plus beau, c'est que, a Nocera superiore (ou les gens ne parlent jamais avec les gens de Nocera inferiore), on est bel et bien a l'etranger. Et oui, l'economie est differente. On parle en euro, mais pas les memes. Ici on paie 30 euros l'amende pour "a 2 sur un scooter louche, chacun sans casque et en sens interdit".
Le travail est different, on a l'impression que personne ne bosse, ou plutot qu'ils bossent tous a mort en negociation, socialisation et force commerciale.
La langue, avant tout, est differente. Quelques uns parlent un peu italien, mais l'italien du sud-est-centre avec accent sud-africain. Je me suis senti exactement pareil a quand je suis arrive les premieres fois en italie. A quand je savais dire "ciao", "grazie" et c'est tout. Peut etre que le chinois est plus facile a comprendre.
Une autre chose de cette region, les cimetieres. Il sont sont tous enormes, exageres. Ils mettent leurs morts dans des maisons plus grandes que les apparts ou ils vivent. Et quand il n'y a plus de place dans le cimetiere, ils font des immeubles (la chose rose a gauche). Et oui, veridique.


Lundi, on est alle a Pasquette (le nom italien pour le lundi de paques). Pasquette, ce jour apres paques ou les italiens s'inventent une tradition : aller en montagne/plage entre amis, manger et jouer.
Bonne idee. Mais tout est exagere. Immaginez un peuple entier de napolitains enrages qui vont sur la route de la montagne. Ils partent tous de chez eux a 7h du mat, pour ne pas passer la journee entiere dans les bouchons.
Apres, on va en montagne trouver un endroit tout pret pour manger. Aires de picnic, campings. Tous complets, meme a 50 euro l'emplacement. On paie cher ce jour la ! Meme pour le ballon de foot, 300 euro, 400 pour le ballon de marque.
Ensuite, on sort toute la maison qu'on a emporte dans sa voiture, ou plutot tout le frigo. Ca suffit pas a bouffer pour 50 si on est 5, il en faut pour 100 personnes !
Et vin a volonte. Boire jusqu'a ne plus pouvoir boire.
Donc, au debut c'est genial : on va en nature manger bien, profiter de l'air pur. Mais a la fin c'est apocalyptique : ils ont tous pollue a mort et brule la nature, on ne pourra plus faire pousser d'arbres durant les 5 prochains siecles. Et tout ce temps, on le passe a polluer nos poumons (fumer comme une equipe de pompiers) et l'air pur (avec le barbecue des 500 familles qui sont la).
Les gens, semblaient tres sympas, mais, dommages, tous etrangers. Une fille a demande a Alfonso qui j'etais, etc. Il lui a dit "Ne t'inquiete pas tu peux lui parler, il parle italien.". Elle a repondu "Mais moi non!".
Putain, on peut meme pas draguer !


On est enfin rentre via le train fantome qui partait a 7:46 de Salerno (ecrit nulle part que ce train existait, a part pour reserver). Et en fait ce train venait directement du Congo, apres des heures et des heures de voyage a 20km/h en voyage infini. Ils etaient tous siciliens a l'interieur, partis de Siracuse, arrives a Rome sans dormir apres 14 heures de train. "Le train, plus jamais", j'ai entendu. Il y a pire, le train allait jusqu'a Bologne (17h de voyage).