mardi 27 mars 2007

Gala N7

Me voila a peine rentre d'un super voyage a Toulouse (les photos).
L'aller, Rome Paris, sans surprise. Samedi matin je suis reparti de chez mes parents pour aller sur panam manger japonais avec Raf & Maryne (qui viennent 2 semaines a Rome en septembre !!).
Manger de la pasta carbonara. Enfin, en voyage jusqu'au Japon, les pates sont arrivees un peu mortes. Alors suite au voyage Japon - France...
Enfin c'etait bien bon tout de meme.


Ensuite, ils m'ont emmene a Orly, on a pas mal parle dans la voiture devant l'aerogare. Pour courir a la dernier minute vers le check-in, arriver a l'heure de l'"embarquement imminent"
"A quel heure se termine l'enregistrement ?", je demande. "Dans 7 minutes!".
Je suis donc arrive a Toulouse pour aller faire la teuf : le gala N7. N7 pour le nom de l'ecole d'inge, et gala pour LA plus grande fete de l'annee, organisee par un club d'etudiants depuis des mois.
Pour expliquer un peu aux italiens : c'est une fete ou tous les etudiants debarquent en smoking (premiere fois qu'ils le mettent - et ca se voit), et toutes les etudiantes (eheh, piege, il n'y a aucune etudiante dans l'ecole - c'est une ecole d'informatique !) sont toutes bien habillees (pas mal - mais toujours moins bien qu'une italienne moyenne), les yeux pleins d'espoir d'ascension sociale - et oui a cet age, ils croient encore que l'argent fait le bonheur.


Enfin, ya toujours cet esprit de fete a l'arrache, ou on dance comme un garcon de 5 ans, on boit de la biere jusqu'à ne plus etre en etat de commander un verre, et surtout (et c'est le plus beau), on reflechit pas.


"Tu vas choper ?" qu'ils m'ont demandes, mes collegues, avant de partir. Eh, dommage, c'est un peu dur d'etre torche et ramener une fille quand des amis t'hebergent. (qui, ils faut le penser, lavent aussi les draps). Et dans mon cas, non, je voulais pas les perdre ces amis la.

Enfin, je me suis bien amuse, et c'est vraiment le plus important. J'ai aussi eu l'occasion de conduire la Peugeot 107 au retour, merci la fille de l'alcootest que j'ai drague pour avoir un taux plus bas que les autres. Elle sera la seule que j'aurai drague, avec celle qui vendait des crepes, chez qui on est alles au moins 4 fois (elle avait 50 ans au moins, mais au mois elle me l'a donne la crepe en cadeau !).

Le dimanche, depart pour de nouvelles aventures. Le train, 21 heures. De Toulouse a Nice, pour ensuite Nice - Rome en train de nuit et arriver tout frais a 10h le lundi matin.
Un voyage vraiment tres joli, peut etre un des plus beaux que j'ai jamais fait.
Toulouse - Carcassone - Narbonne - Beziers - Montpellier - Marseille - Toulon - Cannes - Antibes - Nice.
Tout le bord de mer, toute la cote d'azur, d'ouest en est, vraiment super.


J'ai donc traverse toute cette Calabria et Puglia francaise, jusqu'a finir les piles de mon appareil photo.
J'ai donc du descendre du train a l'arrache a Marseille, la Naples francaise, courrir, chercher des piles, et devoir en acheter 200 pour payer par carte bleue, vu que non, j'avais pas mes billets de 500 euros.


Je suis arrive a Nice vers 19:30, couru dans toutes les directions (trompe 3 fois) "Mais putain, c'est ou la mer ?". Finalement, je l'ai trouver, la promenade des anglais, le bord de mer de Nice, un des plus connus de France.


Nice - Rome, une autre aventure. Apres le voyage de jour, le voyage de nuit.
Les paysages disparaissent, les gens, en compartiments, commencent a parler. J'avais de bons espoirs de draguer, mais bon, comme le paysage, c'etait sombre. J'etais vraiment dans le mauvais compartiment, avec les amis de la vendeuse de crepes. Ma bon, a la fin yavait seulement 2 francaises autistes (parisiennes ?), et un groupe d'americaines qui faisaient leurs americaines (parler anglais, rester entre eux, faire leurs associaux, et fermer la porte a clef). Donc peut etre que c'etait bien mieux avec ces 2 dames de Toulouse (wow, elles ont fait le meme voyage que moi !!) et un homme nicois.
Apres une bonne nuit, j'arrive a la belle Rome, avec un super soleil, et je vois 2 jolies filles qui m'attendent pour me faire une surprise. Fatigue mais heureux !

vendredi 23 mars 2007

Voyages : jamais 2 sans 3

Encore au depart, apres une semaine de folie, pleine de sorties et de belles choses.
Le week end dernier, comme toujours, tres sympa, et le plus drole est toujours le voyage en lui meme.
Vendredi soir, je cours direction l'aeroport de Ciampino. A peine arrive, "Euh, c'est bien la le check-in ?". Je vois une queue de 300 personnes devant un logo "Easyjet" et un retard prevu de 20mn sur l'ecran. A peine arrive.
Je fais la queue, apres celle de la douane (aucun probleme pour la scamorza).
Et, comme prevu, le retard a augmente, de 20 a 30 jusqu'a une heure. Boh, normal. J'ai bien eu le temps d'apeller Anna en Allemagne 36mn (merci aux forfait "Tre", je ferai un post sur mon nouveau tel portable qui rend jalouse toutes les filles, meme celles qui ne me connaissent pas), lire 30 fois mes sms et remarquer que non, j'ai pas d'amis.


Apres une heure et demi de retard, on commence tranquillement a monter dans l'avion. La surprise du moment : a peine rentres dans l'avion (apres qu'ils aient verifie 3 fois que tout le monde avait eteint son telephone), le commandant de bord nous fait remarquer qu'il sait pas ou on va. C'est pas qu'il ait oublie sa carte routiere a la maison ou ses lunettes. Non, il sait bien qu'on va a Paris. Mais il ne sait pas si on arrive a Orly comme prevu (20km au sud) ou Roissy (30km au nord, donc 50 d'Orly en passant par Panam), ou atterir directement sur les Champs Elysees ou quelque avenue du centre. Parce que Orly "ferme a 23:30", et on devrait arriver a 23:32. Allez, on decolle, on verra plus tard.


C'est ainsi que je m'endors, je pense a ma soeur avec son mari son fils et son chien, qui ne sait pas ou on arrive, quand, ni si elle doit prendre des croissants pour le petit dej de mon petit neveu.
1h30 apres, je me reveille. "Bienvenue a Paris", qu'ils disent. J'ai bien ecoute, mais rien pour preciser si on est a Orly comme prevu ou sur les Champs dans les bouchons. Peut etre meme qu'on est a "Paris - Beauvais", et pourquoi pas "Paris - Londres" ou meme "Paris - Milan" ?
Par chance, 15mn apres, j'ai vu un vieux panneau qui parlait de Roissy, j'ai donc appele ma soeur pour rentrer a 1h du mat a la maison. Merci, la grande soeur.

Le retour. Couche a 23h58 dimanche soir, le 3eme reveil me reveille brutalement. 4h15 du mat, putain. Je me grouille, pour courir dans les rues d'Ivry sur Seine et trouver un arret perdu de bus de nuit. 4h54, je monte dans le bus pour grapiller une demi-heure de sommeil. Presque arrive a Orly, je demande 4 fois au chauffeur "C'est là, Orly ?". "Nan". A la fin, il me laisse au milieu du desert, mais au moins, c'etait mon arret. "Paris Orly".


Apres une balade a la douane, ou ils ont ouvert ma valise et ont bien fait leur boulot (meme pas vu la bouteille d'eau, les 50 croissants et la moutarde - peut etre qu'il a change de lunettes). Je suis rentre dans un avion tranquille, jusqu'a ce qu'une armee de collegiens francais debarque, tout le college entier. J'etais a cote d'une collegienne, elle avait deja tout vu dans sa grande vie (a son age de 12 ans), voyage dans pleins de pays, avait 3 telephones portables de plus que moi, et savait tout sur tout. La Sicile ? Ah, seulement 5 fois.
Arrives au dessus de Rome, elle a pointe le fleuve et a dit : "Ah, regarde, le tibère !". Apres, elle savait pas comment dire Ciao, mais bon. De toute facon pour n'importe quel monument a Rome, "Ah oui, a Paris on a le meme, mais en mieux".
Moi, je me sens bien en Italie, allez oui, petite fille, Paris c'est mieux, tu dois y rester.

Ce soir, je m'envole pour Toulouse !
Programme incroyable en un seul week end, calcule a la minute, voire meme a la seconde.
Promis, je ramene mon appareil photo que j'ai oublie en France, a Lundi !

vendredi 16 mars 2007

Depart

Je me casse du boulot dans 15mn avec mes 38 degres de fievre et la valise pleine de pates pour toute la famille.
L'objet interdit dans l'avion du jour est : la scamorza fraiche (fromage tipique du sud).


Voyons si ca arrive a Panam.
Bon week end !

jeudi 15 mars 2007

Entre 2 voyages...

Putain, ca fait 10 jours que j'ai pas fait de post ici. Eh oui les amis, je travaille, ca arrive :) (des fois)

Le week end dernier, je l'ai meme pas passe a bosser (eh oui !), etudier ma certif linux suse novell... En Umbria avec mon boss et 4 autres collegues. Pas mal, vraiment, enfermes en agritourisme pas loin d'Orvieto, avec sa tres jolie basilique.


Cette semaine, je me preparais pour mes 2 prochains voyages en France, demain et la semaine d'apres. Encore un tres beau programme, clairement amusant.
Hier, la police municipale est arrive chez moi, ils ont sonne a l'interphone. Mes 2 collocs ont repondu.

- "Bé-no-ittte' Mark Patri-tchié, il habite ici?"
- "oui oui"

- "Pourquoi il est pas la ?"
- "Il est au boulot, en gros de 8h a 20h".
- "Ah, mais il habite bien ici ?"
- "oui, oui"

- "Et sous quel titre il habite ici, locataire, proprietaire... ?"
- "Je peux faire un peu de cafe si vous voulez. Ya aussi l'amaro, des petits gateaux, le limoncello, la grappa, et la vodka a 90 degres. Ah, j'oubliais, quelques litres de biere."
- "Ok, on laisse un papier dans la boite au lettre pour dire qu'on est passe, au revoir.".

Sur le papier c'etait ecrit que j'avais 10 jours pour aller dans un certain commisseriat, ouvert seulement le premier mercredi du mois de 6h a 6h10 du matin.
Ecrit aussi (et souligne) que je devais porter l'inscription a la tax$x$$xxe de "nettoyage urbain" (ah ? les poubelles ?), le formulaire E596.265 bis ter 6.2 qu'aucune administration n'a encore invente.


Ce matin, avant que le premier coq n'eusse ouvert l'oeil, a 7h, je prend mon super-velo pour affronter les mechants policiers.
"Porte 609", premier etage, piece tout au fond au fond du couloir pire que le couloir de la mort de La ligne verte. 2 types qui bossent a mort (les 2 le journal dans les mains en ecoutant la radio - en fait il manquait juste le petard) m'ont bien vu arriver.
- "Mais vous habitez a cette adresse?"
- "Oui"
- "Mais vous habitez a cette adresse?"
- "Oui"
- "Et pourquoi vous n'etiez pas la ?"
- "Parce que je suis au boulot de 8h a 20h environ"
- "La vache !"
- "Et oui, le temps d'aller au boulot, et depend des jours, les horaires changent"
- "Mais vous habitez a cette adresse?"
- "Oui"
- "Et vous etes locataire, proprietaire ?"
- "J'habite chez un ami"
Lui demande a son collegue, super concentre sur les derniers resultats de foot et la camarade de classe de la petite cousine de Francesco Totti.
- "T'en pense quoi, la situation ?"
- "c'est pas clair."
Peut etre qu'il pensait a la camarade de classe de la petite cousine et a ses resultats a l'ecole. Mais je me suis lance en mode "avocat", j'ai parle des ptits enfants en Afrique qui n'avaient pas a manger, de la neige qu'il n'y a plus sur les montagnes, du grand cousin de Bush qui lui, a des bons resultats a l'ecole, e bien sur, de la grande misere des pingouins a l'ouest du Sahara (et oui, ils ont un peu chaud).
A la fin ils m'ont demande :
- "Mais vous habitez a cette adresse?"
- "Oui"
- "Ok, ca va, c'est bon", il signe le bout de papier avec un grand sourire qui cachait le mien, en pensant la fameuse taxe des ordures menageres.
- "Merci beaucoup, au revoir"

C'est ainsi que je suis rentre chez moi en velo, heureux.
Putain, maintenant, je suis romain.

mardi 6 mars 2007

Voyage en France

Ce weekend, je suis donc parti en France voir mon pere a l'hosto. Premiere chose, il va bien, mieux que ce que je pensais et son etat s'est ameliore. Dans quelques jours/semaine il sera de retour a la maison.
Mais ce qui est drole c'est jamais l'objectif, mais le chemin pour y arriver, donc dans mon cas, le voyage en lui-meme.


Samedi matin, un reveil au bruit encore plus difficile a entendre que d'habitue se met a sonner a 4h29. Oui, oui, du matin. "Ma vaffanculo !", juste dit doucement pour ne pas reveiller les collocs qui se sont couches il y a une demi-heure.
A 5h01, je descend pour prendre ma monture superpolluante a moteur : le scooter. Direction : l'aeroport de Ciampino. Un peu dur d'etre reveille, aussi de trouver la route a cette heure la. Heureusement le matin, il y a le vent frais.
Comme Millo a dit, je me suis ameliore dans la conduite de scooter : les bouchons incroyables qu'il y avait a cette heure-la, meme pas grille de feu rouge (ce qui est un miracle la nuit, trop tentant...), sur les petites ruelles non eclairees devant un camion enorme qui fait des appels de phare, et a 82km/h precisement en descente sur la bande d'arret d'urgence du periph (ou les scooters comme le mien sont interdits), toujours fier e industurbable sur mon scooter 50cc.



Arrive a l'aeroport depuis la via Appia nuova (une belle autoroute, ou la aussi, les scooters sont bien interdits), je fais un grand bonjour a mes potes gendarmes, et je me gare entre 2 motos (bah oui meme moi je ne le volerais pas ce bout de metal/plastique entre 2 superbes motos). A peine eu le temps d'acheter 2 cannoli siciliens, et je fais la queue pour la douane. Je pense que si un jour, quelqu'un essaie de passer avec tout les trucs que j'ai fait passer dans l'avion, il irait direct en prison de haute securite sans aucun procès.
Samedi, c'etait un beau casque de scooter en plastique dur avec des morceaux de plastique habilement places, tout pret pour taper sur quelques hotesses. Ca irait tres bien avec les rollers que j'avais deja pris un autre jour, avec platine en alu bien dur.
Bref, ca marche la douane, suffit de passer derriere quelques ptites vieilles.
Par contre, la bouteille d'eau (meme vide, je confirme, vive la logique), non, non, ca entre pas dans l'avion.

Je suis donc monte dans l'avion et on pouvait voir la cabine de pilotage, j'ai donc pris quelques photos. Celle ci-dessous fu ma derniere, avant que l'hotesse me dise que "on n'a pas le droit de prendre des photos dans l'avions" (donc meme quand il est au sol et arrete), me prenne l'appareil photo, le jete par terre, saute a pieds joints dessus, et me tire par l'oreille pour repeter 500 fois de ne pas prendre de photos.


Samedi soir, j'ai assiste depuis ma chambre avec ma maman, l'eclipse de la lune. Fait quelques photos. Si vous faites zoom x 900 000, vous pouvez voir passer la lune d'un point blanc, a un point rouge-exagere. Guglielmo, oui j'ai essaye, essaye, mais j'ai encore du boulot avant de pouvoir photographier cette putain de lune.


Le domain soir, mes parents m'ont lache a la gare de Bercy pour que j'aille prendre un train interminable direction Rome. 14h de train, du pur bonheur. A peine dedans, on entre dans une maree humaine de petites etudiantes francaises et americaines, avec quelques immigres clandestins. J'ai passe mon voyage avec 3 amercains tres sympas (chose rare :), qui parlaient un peu italien et etudiaient a Florence, dont une porto-ricaine qui parlait espagnitalien et un pakistanais qui parlait peu francais, et pas anglais ni italien.
J'ai donc fait une soiree a parler cebenoise, mixer un peu de mots dans toutes les langues pour faire plaisir a tout le monde, et faire ambassadeur francais pour la bouffe : sandwich baguette, pate de campagne, et cornichons.


On a parachute les americains a Florence a 7h du mat (j'espere bien d'aller les rejoindre un jour !), pour arriver a 9h40 a Rome sous la chaleur identique a celle de la Bretagne au mois d'aout.