mercredi 28 février 2007

Telegramme

Moi STOP
Partir STOP
Paris ce we STOP
Car papa a l'hopital STOP
Enfin c'est pas trop grave (du moins je l'espere). STOP

En attendant, jouez avec mes photos panoramio STOP
Bientot dans google earth STOP
Cf carte a droite STOP
Et photos de Rome dimanche dernier STOP

A bientot STOP

PS: Heuresement que je paie pas au caractere

vendredi 23 février 2007

Ce soir, soiree canolì

Hier soir chez moi avec les collocs, soiree cannoli siciliens. (genre de biscuits remplis de ricotta fraiche au chocolat, trooooooop bons).
C'etait juste un entrainement pour preparer la concurrence qu'on envisage avec la patisserie sicilienne qui se situe dans la rue. On a donc essaye de faire le cannolo le plus grand de la planete. Pas de bol, au supermarche les biscuits (juste la pate cuite, ca se vend) n'etaient pas en version super-mega-cannolo, on a du prendre des petits.
Ce fut donc un travail d'equipe et de longue haleine, avec en V.I.P. la mega-star pomodorina. Voila, on est tous beaux tous prets, un deux tois, partez !


Au cours de la soiree, on a fait quelques experiences interessantes.
Tout d'abord, non non, ca se fume pas, un cannolo.


Ensuite, ne pas oublier la malediction du cannolo mechant. Il suffit de manger le seul cannolo beni par le diable en personne : sans chocolat, fruit confit et completement faux. La personne qui le mange rend sa soiree merdique. Notre ami Biaggio en etait hier la victime. Il a meme tente quelques prieres indiennes pour contrer la malediction, sans succes.


Enfin, rien de plus certain : le cannolo rend fou. Premierement parce que c'est une drogue, 3eme dans la liste de l'instituo medico-patissier-franco-italien de Rome-centre, classe juste entre l'heroine et les champignons hallucinogenes (qu'on a d'ailleurs mis dans les pates avant). Deuxiemement, parce qu'il en suit une suite de jeux a la con que tu regrettes vraiment le lendemain, avec le marteau que tu sens faire des travaux de restructuration dans ta tete les jours suivant une fete alcoolisee.
Hier, on a donc fait un grand jeu d'imitation.


Je lance un grand concours international a tout les bloggers (et non bloggers) de la planete : deviner les metiers/fruits/legumes/pays/autres representes sur les photos 3242 a 3277.

Pour les meilleurs, une invitation a la prochaine soiree cassata sicilienne (une autre specialite sicilienne trop bonne) !
Per le règlement du concours en 50 pages imprimees en papier recycle, s'adresser a son distributeur prefere de papiers toilettes.

mardi 20 février 2007

Vicenza : contre les mechants americains

Samedi, Vicenza.
Tout a commence vendredi soir, 20h, a la gare Tiburtina. Une foule de jeunes attendent un train louche prevu pour depart vers un nom de ville inventee a l'arrache.
Le train, tanssiberien, bonde de gens qui s'apellent "camarades" entre eux et tiennent des banderolles toutes rouges.
On a attendu un peu, le temps qu'ils expulsent Staline du train qui essayait de s'introduire. Apres 2h et demi de leger retard, notre camarade conducteur de trains prend la route, train rempli de revolutionnaires en direction de moscou avec pour seul arret intermediaire, Vicenza, au nord de l'Italie.


On est tous bien arrives frais et dispo a Vicenza a 7:26 dans le froid matinal nord-italien, prets a assieger un pauvre bar, forts de nos 50 000 estomacs affames de croissants. Mais, a peine en bas du train, il y avait deja une armee d'allemands qui barricadaient le centre historique a tous ces russes communistes.


Le centre est vraiment joli, on a quand meme reussi a entrer, apres avoir cache les drapeaux de manifestants, mettant l'appareil photo a la main en insistant au maximum sur un accent francais. "Si, je souis touriste francais, moi vouloir visiter ville de Vichanza".


Retournes au point de depart, on est tous alle vendre des journaux marxistes comme tout bon militant revolutionnaire, martellant les petits vieux (un de nous s'est specialise dans cette profession).


Apres, le cortege est parti, il est passe partout dans la region sauf dans la ville (et on a meme pas encore vu cette putain de base, peut etre parce que sur la route ils avaient mis 2 tanks et 3 porte-avions - oui oui ils les ont mis hors de l'eau). On a bien gueule notre haine envers les mechants americains avec les supers slogans du camarade Guglielmo sur le mega-gigaphone du parti : "Romano, Prodi, Tu petes les plombs, la base, usa, Meme pas en reve !" (traduction approximative, c'est mieux en VO et en plus ca rime) - "Romano, Prodi, stai diventando pazzo, la base, usa, nemmeno per il cazzo !". J'ai essaye de lancer un "Tous ensemble, tous ensemble, ouais ! ouais !", mais ca a pas trop marche.


Apres le cortege, on est magiquement revenu sur le point de depart : la gare. Vu qu'on pouvait plus trop marcher, meme pas sur les mains, on a decide de monter sur le train du retour plutot que de partiper a quelques bastons en ecoutant des discours de propagande.
Le train transsiberien etait revenu de Moscou, et il etait blinde de russes bourres a la vodka, les yeux exploses de shit, rentres sans avoir paye de billet et bien sur, tous toujours parfaitement "en regle". Le train etait bien sur rempli de braves personnes qui guardent leur place legalement, alors que nous avons fait le train entier 3 fois aller-retour en cherchant un seul siege libre. A la fin, on est tombe sur la porte d'un compartiment ferme. Grace a ses origines napolitaines, Guglielmo etait le seul homme pret a defoncer la porte, et c'est ca qui nous a sauve la vie. Il s'apelle Lielmo. GugLielmo.


Donc, ayant bien dormi sur des sieges confortables, en ecoutant le discours militant de notre maitre spirituel marxiste, de la premiere dent de Che Gevarra jusqu'aux bananes de Trotsky.
Arrives a Rome au milieu de la nuit, le bus de nuit nous attendait, ainsi que la maree humaine des camarades militants.
A peine rentre, j'ai vu qu'on etait devenu celebre, sur la repubblica, sur Le monde, et on est meme passe au 20h de france2 !

vendredi 16 février 2007

Vicenza !

Ce soir je pars en train pour Vicenza ! (a cote de Venise)
Ancore un super voyage a l'arrache, grace au maitre intersideral Guglielmo.
Ils m'embarquent dans un train louche plein de communistes prets a tout faire peter pour faire la revolution. J'espere qu'il ne va pas au gulag, mais bon au moins, le billet de train est pas cher.


La revolution est prevue pour demain en journee, je sais pas quand je rentre, samedi ou dimanche, enfin c'est le cote sympa de la chose !
Bon week end !

Il Barone rosso

Hier, avec toute la bande des ex-collegues d'ici (Medialogic), on est alle au bar "il Barone rosso" (Le baron rouge).
Le bar plus allemand de tous les bars de Rome, exactement comme on en fait en Allemagne.
Le meme bar, la meme biere, les memes bancs en bois, la meme coupole au milieu, et les memes prix (eh, dommage).

La version allemande

La difference est qu'en Allemagne (d'ou viennent ces photos), j'etais dans un bar qui faisait la biere maison. La, ils ont pas les lutins allemands qui font la biere dans la cave pour des allemands bourres mangeurs de saucisse. Enfin, le gout de la biere est le meme (ou presque).
Donc ici, la coupole au milieu n'etait pas une grande cheminee mais recyclee en mausolee a l'honneur des plus grands alcooliques et meilleurs clients du pub. En dessous, ils ont mis une table pour cacher la fosse commune pleine de gens qui ont pas resiste a cette experience de 5 litres/heure de vitesse birresque.

La coupole au Barone rosso

On est donc reste la a boire des bieres interminables, entrainer la pomorina (miriam) juste avant son week end a Munich, et essayer en vain (dans mon cas) de jouer au baby-foot sans trop reussir a comprendre dans quel sens il fallait tourner les manettes, "Ah? on est les rouges ?".



Pas mal comme bar, comme j'aimerais bien retourner en allemagne, il me manque juste l'entrainement !

jeudi 15 février 2007

Gianni Halliday

La personnalite francaise de la semaine est decidement Johnny Halliday. Le plus italien des francais cette semaine, comme les americans disent, l'"Elvis" francais.
Pour rappel, Johnny est chanteur rock, idole des grand-meres et de, en general, toutes les fillettes qui ont la nostalgie des annees 60. Comme dit ma grand mere quand elle me demande si je sors, au lieu de me demander si je vais en boite danser sur le dernier Black eyed peas, elle me fait toujours "tu vas au bal ?" ou "tu vas au concert de Johnny ?".
Pour elle, Johnny fait super cool, rebelle, genre je vais en Harley Davidson draguer les minettes ("ciao bella!") sur le bord de la route.

Il a donc balance en decembre "je paie trop d'impots, rien a foutre, je me casse en suisse !".
Donc, au lieu de payer gentilment l'impot sur les grandes fortunes ou trouver une magouille pour ne pas le payer, comme 80% des riches en france, lui a decide de demander la residence en Suisse pour payer 10 fois moins cher. Bien sur, il y habite 182.7 jours par an, donc plus de 6 mois. La femme de menage peut confirmer.


Donc lui est francais et a la nationalite francaise (fallait suivre hein !).
Cette semaine, il a trouve une autre idee. Il a du demander a ses potes pleins aux as et mafieux pour trouver : Habiter a Monaco !
Par contre, quand on habite a Monaco et qu'on est francais, on doit quand meme payer un peu d'impots sur le revenu a la France. C'est la que vient la 2eme idee : devenir belge !
Il a donc demande la nationalite belge, va attendre 2 ans et demenager a Monaco. Et voilaaaa : 0 euros d'impots !

Apres, il est toujours a annoncer haut et fort devant les journalistes qui en font premiere page "Rien a foutre, assez de payer des impots !". Et oui, quand on a de l'argent, on peut en payer moins que les autres. Sarkozy en a pense "bonne idee".

mercredi 14 février 2007

Como, GMT+2

Ce week end, Como.
Toutes les photos. Attention, j'ai reorganise mes photos, les liens sont a mettre a jour.

J'ai pris le mitique Eurostar Roma-Napoli, recordman mondial d'instabilité horaire. Le seul train en Italie qui voyage a travers le temps. A peine partis de Roma, on nous annonce deja un detour intersideral qui retarderaient nos montres de GMT+1 a GMT+1h30. Ils etaient tous super desoles de ce changement "a l'improviste", qui, au contraire, etait plus que normal sur cette ligne.
Arrives a Bologna, le retard s'est transforme magiquement de 30mn a 1 heure. Normal, Firenze est a GMT+1h30 e Bologna a la meme heure que Milano, GMT+2.
Le probleme est que j'avais un changement a faire a Milano pour prendre le train direction Zurich. Un autre voyage dans le temps : de l'Italie a la Suisse. Pour passer du fuseau horaire GMT+1+temps+de+boire+un+cafe+bordels+... (ca faisait donc GMT+2) vers GMT+1:00:00:0000.
"Et maintenant, je fais comment moi pour aller a Como?" (version melange de dialectes du sud) je demande a la controll(euse?) que j'arrete violemment dans sa corse au milieu du wagon pour echapper a tout les gens qui demandent un remboursement de billet. J'ai vu passer toutes les couleurs sur son visage, elle a fait "hum hu oh boh ah hum", elle apelle 3 collegues, ils controllent 5 fois mon billet pour gagner un peu de temps, et a la fin, ils s'echappent en barbouillant une vague excuse. "Mais ne t'inquiete pas" qu'ils disent.


C'est ainsi que je debarque dans la superbe gare de Milano vendredi soir (ou plutot samedi matin) a 1h, pret a chercher une place chaude entre 2 drogues pour faire du sudoku (grace a un libre recupere dans le train) et passer la nuit dans cette superbe gare a attendre le prochain train, 6h01 precises.
J'essaie par hasard d'aller au bureau des reclamations, je m'attends a faire la queue derriere des italiens urlant "remboursez!" devant un bureau ouverte seulement la semaine de 11h49 a 14h03 (avec pause dejeuner, et jamais ouvert le vendredi).
Au contraire, non !
J'ai toujours remarque que les italiens sont bordeliques, mais super organises dans leur bordel. Ici trenitalia (la compagnie des trains italiens) m'attendait, ils avaient apelles un taxi et me demandait si je voulais un taxi ou hotel gratuit. Wow !
Je suis arrive a Como a 3h du mat en taxi avec un napolitain super sympa, gracieusement aux frais de la princesse. Le samedi je me reveille a Como, devant ce beau paysage.


On s'est pas mal balade, alle au resto. Dans la journee, un ovni bleu volait sur la ville, surement plein de petits hommes verts prets a envahir la terre grace a la technique de gremlins apres minuit, utilisant le lac. Nous avons decouvert apres qu'ils avaient un complice dans la ville, vu qu'ils etaient dans des ballons attaches par un fil a une maison como-ese.

Dimanche, un petit tour dans le centre le matin, puis autour du fameux lac.


Sur la route, la maison d'un denomme G. Clooney. La camera s'est tournee pour me regarder quand j'ai fait la photo.


E voila, je suis reparti de Como sans problemes dimanche soir 20h54 (heure suisse), parti normalement de Milano dans le train sympa pour Salerno. Le seul probleme de ce train est que tu arrives toujours avec un qui decide de raconter toute sa vie a tout le train. J'ai quand meme dormi un peu, vu qu'il a decide de dormir un peu. Nous sommes arrives a Roma a 4h du mat lundi avec une heure d'avance (normal, de GMT+2 a GMT+1). Et je ne ment pas, c'est vrai ! Il etait prevu pour 4h52.

Version francaise (pour de vrai)

Bon, c'est marrant l'experience du blog en italien, mais l'inconvenient c'est que les francais n'en profitent pas autant.
Et puis, qui sait, peut etre qu'il y a des italiens interesses par ma traduction approximative et radicalement mot-a-mot. Ou alors comprendre pourquoi je ne parle pas bien italien ?

Bref, dorenavant mon blog, c'est bilingue.
Comme ca, y'en aura pour tout le monde.

lundi 5 février 2007

Paris Paris Paris

Je suis rentre hier de Paris. WE genial, comme toujours.
Les photos.

Ca a commence tranquille avec Ryanair. "Bienvenu a Paris" ils disent. "Ah Paris, c'est petit quand meme" disent tous les italiens. "Mais elle est où la tour eiffel ?". Toujours sympa d'arriver dans cet aeroport a 2 avions a 200km de Paris e moitie plante entre 2 champs, qu'on apelle communement Beauvais.
Samedi, bonne partie du temps dans la famille. A me goinfrer au max de crepes de ma maman. Aussi voir mon neuveu, Alexis, qu'ils ont mis en prison de haute securite, apres une greve de la faim de 3 jours per lutter cruellement contre les mechants virus de la varicelle. Heuresement, ils l'ont relache dimanche.


La soiree, elle a commence dans un bar francais a boire une biere, a cote du Pantheon. Apres, a la Brouette, faire un bordel monstre, se goinfrer comme 50 (alors que nous etions 10). Pierrade et fondue bourguignonne a volonte.


On a bien essaye de mettre le resto en faillite, mais c'etait dur. On est tous sortis hurlant notre defaite dans la guerre entre l'estomac et le portefeuille.


Ensuite, on est passe du resto a un autre bar de la rue mouffetard, et du meme coup, du francais a l'italien. D'un groupe d'amis francais a un autre italien. Les amis de Francesca, italiens de l'italie toute entiere, parsemes partout dans le monde, sauf en Italie. On s'est fait apero apres diner, ricard !


Dimanche, je me suis reveille dans le quartier ou habite Francesca, pas mal. Rue du temple, quartier du marais, les boulangeries, cafes parisiens le matin. Le seul probleme : a chaque coin de rue, l'envie de devorer un sanglier entier.
Apres, petite balade, pas pu acheter de galette des rois pour cause de (dans l'ordre), argent puis boutique ouverte. Vner, je suis rentre a Rome.


Au moins ici on mange des maritozzi. Rien a battre, ma galette, je me la ferais a la maison.